Buenos Aires et Iguazu : le nord de l’Argentine

Et nous voilà arrivés à Buenos Aires ! Capitale de l’Argentine, c’est sûrement la ville la plus européenne de toute l’Amérique du Sud.
Pendant quatre jours nous déambulons dans les différents quartiers de la ville :

Le Centro : centre ville de BA, avec sa Casa Rosada (le Palais Présidentiel), son fameux obélisque sur l’avenida Corrientes (qui est d’ailleurs l’avenue la plus large du monde), son théâtre Colon et ses businessmen tirés à quatre épingles (après les habitants du Sud en doudoune et boots, on n’a plus l’habitude des costards !).

La Boca : quartier très pittoresque avec ses maisons colorées, c’est LE quartier touristique par excellence. Trop touristique même. À peine arrivés, nous sommes alpagués par des couples de sois disant danseurs de tango qui nous proposent de faire une photo avec eux, moyennant quelques pesos évidemment. Je ne suis même pas sûre que ça soit de vrais danseurs… En bref, la Boca est trop touristique pour être encore authentique.

Recoleta : quartier résidentiel et chicos, avec son très beau cimetière qui abrite les tombes des personnalités argentines.

Palermo : quartier des bars, du streetart et des parcs.

Puerto Madero : quartier aux airs de la City à Londres, avec ses buildings et ses restaurants et bars le long du Rio Plata. C’est Antonella, une amie argentine rencontrée il y a cinq ans à Rome qui nous fait la visite. Trop contente de l’avoir revue !

Mais mon quartier préféré, c’est celui de San Telmo, où nous avons loué un Airbnb. Quartier bohème, il abrite une multitude de boutiques d’antiquaires, de cafés et de danseurs de tango dans les rues.

Et notre QG pendant ces quatre jours c’est le Mercado San Telmo, le temple de la booouffe…

Nous allons faire notre marché là-bas presque tous les jours : oeufs, légumes, viande, pain… Et quand ce n’est pas pour faire les courses, nous y allons pour manger aux différents stands. Il y a de tout : tapas, vietnamien, crêperie, burger australien, raclette, boulangerie française, mais aussi LA spécialité argentine : les empanadas.

La minute miam miam – édition Argentine :

Empanadas : petits chaussons fourrés à la viande, au jambon et fromage, au chorizo, aux légumes… C’est pratique à emporter, et surtout c’est délicieux ! On en mange… tout le temps.

Asado : le plat national argentin. Barbecue de toutes sortes de viandes. Et comme tout le monde le sait, la viande argentine est EXCELLENTE. Même moi qui n’aime pas le boeuf je me régale !

Le maté : LA boisson nationale. C’est une infusion beaucoup plus forte et amère que le thé, faite à base de feuilles de yerba maté, une plante sud américaine. On met les feuilles directement dans la calabaza, un peu d’eau, et on boit le maté à l’aide d’une bombilla, sorte de paille qui filtre les feuilles. Les argentins en boivent tellement qu’ils se promènent très souvent avec leur calebasse et un thermos d’eau chaude sous le bras, pour pouvoir avoir leur maté à disposition partout. Dans la rue, dans une queue, au parc, quand ils visitent un lieu touristique…

Bref, pour notre dernier jour à Buenos Aires, nous avons élu domicile au marché de San Telmo : nous commençons par un café-croissant pour le match France-Uruguay à la boulangerie, puis nous migrons vers le stand de raclette pour fêter la victoire, et enfin nous finissons à la crêperie pour un petit dessert bien mérité.

C’est donc avec cinq kilos en plus que nous filons ensuite à la gare routière. Le temps de regarder la deuxième mi-temps Brésil-Belgique, hop, nous voilà dans le bus.

18 heures plus tard, nous arrivons tout au nord de l’Argentine, à Puerto Iguazu.

Après le Fitz Roy et le Perito Moreno, nous voilà devant un autre monument de la nature : les chutes d’Iguazu ! À cheval sur l’Argentine et le Brésil, le parc national abrite pas moins de 275 chutes. À certains endroits le débit n’est pas très puissant, ce qui permet de voir la roche pleine de végétation.

Crédit photos : Geoffroy !

Un spectacle saisissant. On se croirait dans un décor de cinéma tellement la vue paraît irréelle : un mix entre Indiana Jones, Jurassic Park et Tarzan. Bon, pas de dinosaure, mais qui dit jungle dit quand même animaux exotiques. Dont les coatis, de petites créatures qu’on avait jamais vues de notre vie. De la famille des ratons laveurs, les coatis sont aussi mignons que sournois. Ils rôdent autour des visiteurs dans l’espoir d’avoir un peu de nourriture…

Le clou du spectacle reste Garganta del Diablo, la chute la plus haute de toutes. Mesurant 80 mètres de haut, elle fait tellement d’écume qu’on ne voit même pas l’eau en bas. Et le bruit est assourdissant. Nous restons scotchés devant cet impressionnant déchaînement de la nature.

Le lendemain matin, nous aurions pu aller voir les chutes côté brésilien. Sauf que la demi-finale France-Belgique se joue à 15h, et il est hors de question de la rater. Et oui, depuis les huitièmes nous organisons notre voyage en fonction des matchs de la France ! Nous prenons donc un bus pour passer côté Brésil et aller à la ville de Foz do Iguaçu. Le bus nous emmène jusqu’à la frontière brésilienne et nous laisse là, le chauffeur nous disant qu’un autre bus pour Foz passera une demi heure plus tard. Très bien. Sauf qu’après avoir fait tamponner notre passeport nous attendons une demi heure, une heure, et toujours pas de bus. Un petit stress monte. Bon, c’est pas le tout mais on a un match à regarder nous ! S’il faut faire du stop ou marcher jusqu’à la ville on le fera, mais on ne loupera pas la demi ! Heureusement, le bus arrive enfin et nous débarquons à temps à notre auberge pour regarder nos français mettre une raclée aux belges.

Le jour suivant nous retournons voir les chutes côté brésilien. Les deux côtés sont complémentaires car ils permettent chacun de voir les multiples chutes de différents angles.

Néanmoins, le côté brésilien étant moins étendu que l’argentin, on se sent plus serré avec tout ce monde. Surtout que les vacances d’été commencent, et par conséquent on commence à voir de plus en plus de touristes… Ça change de la Patagonie avec ses trois pelés et un tondu !
Bon, on doit donc slalomer entre la foule mais la vue en vaut la peine.

Mon périple argentin se termine sur des paysages une fois de plus splendides, et mon périple brésilien commence ! Dernier pays de l’aventure, dernière ligne droite. Ça sent la fin… Mais ne commençons pas à déprimer. Maintenant, place à la caipirinha et à la sambaaa !

Photo bonus :

Match Brésil – Mexique à San Telmo : ça fait un quart d’heure que le gars au milieu est censé livrer ses oignons… Aaah les argentins et le foot !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s